Friday, December 05, 2008

Politiquement incorrecte, pour de vrai!

J’ai trouvé un blogue dans le Monde de ce matin, avec pour titre : «Pour un Téléthon politiquement incorrect» (http://tinyurl.com/6bnz5o). Mon cœur palpite, parce que depuis une dizaine d’années, j’ai fait le vœu de ne pas tenir compte du politiquement correct et de n’accepter que la vérité, dans la mesure où je suis capable de la découvrir. Aurai-je enfin trouvé une âme sœur, quelqu’un qui partage mon opinion?

Voyons ce que dit le blogue :
« Bonne nouvelle : on peut faire de l’humour sur le handicap, tout en servant la cause… mais il faut être en Norvège.

Si, comme moi, vous êtes allergiques à la célébration compassionnelle du Téléthon (ce dégoulinement de bons sentiments sur fond d’amassage de pepettes), le phénomène norvégien des Boys on Wheels (garçons sur roues) va vous réjouir.

C’est un boys-band de paraplégiques en fauteuils roulants. Ils détournent des tubes de variété et font se gondoler le pays en chantant “my balls are OK” (mes couilles, ça va) ou “at least, I’m not gay” (au moins, je suis pas gay). Le message est toujours le même : je suis paralysé, je suis malade, mais je suis vivant : j’aime, je rêve, je vais aux toilettes et surtout je ris !»




J’ouvre le clip YouTube enchâssé dans l’article, pour voir le show des Boys on Wheels. Taberwouète!! Non seulement les Boys chantent faux comme des casseroles, leur répertoire de chansons est minable, et en plus ils sont homophobes! Une de leurs chansons en anglais dit : «There are guys with bigger problems. Happy today, at least, I’m not gay», ce qui, apparemment, fait se gondoler le pays. Comme quoi, même si on est tout en bas de l’échelle, on trouvera toujours une catégorie de gens pires que soi pour se consoler en leur crachant dessus.

Je suis complètement déçue par l’inanité de l’article, et je vous présente ci-après ma propre liste (non exhaustive) de vérités politiquement incorrectes.

· Les gens en fauteuils roulants et autres handicapés ne sont pas une espèce protégée. On peut les critiquer, parce qu’ils sont comme tout le monde! Il y en a de beaux, de laids, de gentils, de méchants, de génies, d’incompétents, etc. et surtout, il y a beaucoup de cons, comme partout. Voir les Boys on Wheels, avec leur homophobie.

· L’état de mère (ou de père) ne change pas le véritable caractère d’une personne. Parce qu’ils ont eu des relations sexuelles fertiles, les gens reçoivent le titre de parents. Mais un imbécile reste bête, une salope ne devient pas sainte, etc.. Tout le monde connait l’histoire de Lori Drew, une mère de 47 ans, qui a monté tout un complot sur MySpace pour harceler une jeune fille de 15 ans, ex-amie de sa fille, jusqu’à ce que la petite se suicide. Et pourtant, les enfants de tous âges idéalisent leurs parents ou refusent d’en voir les défauts. Chez les Vietnamiens surtout (et certainement dans d’autres cultures), on ne peut pas dire du mal de ses parents et donc la société vietnamienne toute entière est composée de saints et de saintes. Les salauds, les méchants, les cons, les brigands, les assassins, etc. sont des gens sans enfants.

· Les enfants ne sont pas tous des anges. Il y a des méchants, des vicieux, des mythomanes, etc.… Oui, on peut les réhabiliter, mais certains sont incorrigibles. Corollaire : tous les bébés ne sont pas mignons. Je veux bien subir les photos des enfants de mes amis, quitte à leur imposer ultérieurement les photos de ma chienne, mais les photos de 99% des nouveau-nés (surtout endormis) sont carrément hideuses et parfois même grotesques; svp ne pas les imposer aux autres.


Quand vous m'envoyez les photos de vos enfants/petits enfants, voici ce que vous voyez.


Voici ce que moi je vois. Non, sérieusement.

· Les religieux ne sont pas au-dessus de tout soupçon. Chez les Vietnamiens, encore une fois, on ne critique pas un bonze, c’est un « péché » de le faire. Tout le monde est au courant de leurs nombreuses frasques (sexuelles, financières, criminelles, etc.), mais les coupables sont toujours les bonzes d’autres pagodes, celles qu’on ne fréquente pas. Comme disait le Président Roosevelt à propos du dictateur Somoza : « He may be a son of a bitch, but he’s our son of a bitch! ». Donc motus et bouche cousue.

· Les « experts » ne sont pas toujours compétents. Vous les connaissez, ces experts : le critique gastronomique qui dit des âneries dans sa rubrique, parce qu’il ne connait pas la cuisine qu’il critique (« Le ‘pho’ vietnamien est une imitation coloniale de la bouillabaisse française », « I found the dish quite bland, until the waiter told us we were supposed to dip the roll in the sauce »); le dentiste vietnamien qui arrache la mauvaise dent d’un patient et qui lui facture ensuite l’extraction des deux dents; les listes des dix, vingt ou cent meilleurs films/acteurs/livres, etc.. remplies de choix douteux et d’omissions flagrantes; les critiques de cinéma qui recommandent des films obscurs que personne ne va voir et critiquent des films qui font des millions de recettes, etc., et surtout, surtout, les météorologues, les économistes, les tireurs de cartes et autres voyants, qui disent n’importe quoi, qui se trompent sans cesse, mais qui continuent d’avoir un travail rémunéré.

La liste continue...

2 comments:

kca said...

Tout compte fait: c' est pas la peine de t' appeller pour babysitter mon gosse?

Mais pourquoi est-elle aussi mechante? Parce que !!!!

Buddhist with an attitude said...

Because she can!