Monday, June 22, 2009

Divas ou Salopes?



Interprètes à Eurocontrol

J'ai réussi à me libérer pour quelques heures et je suis allée manger à midi avec une amie interprète de la cabine chinoise. Malgré nos promesses mutuelles de ne pas parler métier, on a fini quand même par aborder les mêmes sujets.

Je me suis plainte du traitement que j'ai reçu récemment de certaines collègues. Cela faisait longtemps que je n'ai pas fait d'interprétation et maintenant que je reprends graduellement le collier, je constate que le marché de la pige est rempli de nouveaux visages. Toutes ces petites jeunes louves qui défendent leur territoire avec une férocité choquante.

Premier exemple: J'entre en cabine tôt le matin et je trouve deux collègues déjà installées au micro. Je dis "Bonjour!". Silence total. Je répète, plus fort: "BONJOUR!" Elles ne daignent pas se retourner. Je demande: "Je vois d'après la liste des affectations qu'on sera quatre interprètes. Est-ce qu'il y a une autre cabine?". L'une d'elles se retourne enfin et me jette: "Ben non! Vous avez déjà vu deux cabines françaises?" Avant que je ne puisse répondre, la seconde se retourne et décrète, sans daigner me regarder, "Puisqu'on est quatre, on fera chacune 20 minutes, au lieu d'une demi-heure." Voilà, elle a décidé. Résignée, je leur demande: "Dans ce cas, je prends le 3e tour?". Silence méprisant. Je sors prendre un café. Quand je reviens, je les écoute: fautes de grammaire, syntaxe boiteuse, contresens, etc. Je fais mes 20 minutes et je m'en vais. Le lendemain, je rencontre par hasard la 4e interprète qui me confirme qu'elle a été traitée tout aussi grossièrement par les deux divas. Elle m'explique que ce sont des débutantes qui se sentent menacées par tout le monde. Je dis oui oui, mais à mon avis, la grossièreté n'est pas une stratégie très habile quand on débute dans un métier.



Deuxième exemple, plus récente. Encore une conférence où il y a deux équipes de quatre interprètes. Cela semble être une nouvelle tendance, parce que normalement, on est seulement deux ou trois en cabine. Comme je suis débordée de travail, j’ai apporté avec moi mon portable (qui pèse trois tonnes) et quand j’ai fini mon tour, je m’installe dans un coin et je tape mes traductions. Le chef d’équipe me dit que notre équipe a fini pour la matinée et qu’on ne reprend qu’à 13 heures. Entre temps, l’autre équipe est arrivée et va prendre la relève jusqu’à 13 heures.

Je m’installe devant mon portable et je me concentre sur mes traductions lorsqu’une des interprètes s’approche et me demande : «Est-ce que tu vas rester la matinée ici ?» Je réponds, naïvement : «Oui, je ne reprends qu’à 13 heures, mais j’ai des trucs à faire, alors je vais rester ici à les faire.» «Ben, le problème, dit-elle, c’est qu’il n’y a pas assez de chaises pour tout le monde. Il y a juste 4 chaises et tu en occupes une et il ne reste que 3 chaises et nous, on est 4. Il va falloir que tu sortes.» «Oui, mais après chaque tour, vous avez une heure et demie à attendre. Vous allez rester toutes les quatre en cabine en même temps? Et votre quatrième collègue n’est même pas arrivée encore.» «Ouais, mais si jamais elle arrive et qu’elle veut s’asseoir, elle n’a pas de chaise.» Bête et disciplinée, je commence à fermer mes fenêtres et mes fichiers pour partir, lorsque je reprends mes esprits. Je me suis dit : Wait a minute, pourquoi est-ce que je lui obéis comme une conne? Si la quatrième arrive et qu’elle exige ma place, je négocierai avec elle, mais je ne vais pas me trimballer partout avec mon machin de trois tonnes, simplement parce qu’une inconnue me l’ordonne.

Je suis restée. Et pendant tout le temps où je suis restée en cabine, l’autre équipe a toujours travaillé à deux.

Mon amie l’interprète chinoise m’explique : Your problem is what we call «interpreting while Asian», it’s like «driving while black». Tu as une tête d’Asiatique alors que tu travailles dans des combinaisons de langues occidentales. Les gens n’aiment pas ça. C’est comme toi, quand tu vas dans un restaurant chinois ou vietnamien et que tu vois plein de clients Blancs, tu te dis que la bouffe ne va pas être bonne. Le pire serait d’aller dans un resto où le chef sushi est un Blanc ou un Pakistanais.


Console d'interprétation

Les dessins sont de Mox (http://mox.ingenierotraductor.com/).

3 comments:

Khong Co Ai said...

Mama mia, mais on se croirait dans une cour d' ecole. Incroyable.
A mon avis c' est parce que tu ne sais pas faire le reguard qui foudroit, celui qui dit: "N' essaies meme pas de me dire bonjour'.
Tres utile, lorsqu' on n'a pas de temps a perdre.

Bon pour l' explication de ta copine. Je ne comprend pas et d' ailleurs je trouve que la raison raciale est la plus simple et generallement la mauvaise.
Les jeunes au debut de leur carriere, ont toujours ce etat d' esprit de loup, pensant que montrer les dents les aident a rester en vie.

Buddhist with an attitude said...

Je suis d'accord avec toi, KCA. Je trouve que les minorités ethniques choisissent trop souvent la solution de facilité en criant au racisme à chaque incident.

kca said...

"les minorités ethniques"

Wowwww comment tu causes, comme un politicien ;)
Eh dans les chiffres unviversels c' est l' homme blanc la minorite ethnique. hm?

Bon sinon je suis content de savoir que tu travailles et que tu ne vies pas ta retraite en reclus avec tes chiennes et la telecomande de la tele.